L'aiguille à repriser

Il y avait un jour une aiguille à repriser: elle se trouvait elle-même si fine qu'elle s'imaginait être une aiguille à coudre. Maintenant, faites bien attention, et tenez-moi bien, dit la grosse aiguille aux doigts qui allaient la prendre. Ne me laissez pas tomber; car, si je tombe par terre, je suis sûre qu'on ne me retrouvera jamais. Je suis si fine! - Laisse faire, dirent les doigts, et ils la saisirent par le corps. - Regardez un peu; j'arrive avec ma suite , dit la grosse aiguille en tirant après elle un long fil; mais le fil n'avait point de noeud. Les doigts dirigèrent l'aiguille vers la pantoufle de la cuisinière: le cuir en était déchiré dans la partie supérieure, et il fallait le raccommoder. Quel travail grossier! dit l'aiguille; jamais je ne pourrai traverser: je me brise , je me brise. Et en effet elle se brisa. Ne l'ai-je pas dit? s'écria-t-elle; je suis trop fine. - Elle ne vaut plus rien maintenant , dirent les doigts. Pourtant ils la tenaient toujours.
9.2/10 - 51 votes






Les plus beaux contes d'Andersen














Donations are welcomed & appreciated.


Thank you for your support.